ANTONIO, CINQ ANS, JOYEUX NOËL!


 
Evenimentul Zilei, le 8 décembre 2008
 

Un petit garçon de la ville d’Iaşi a envoyé une lettre à Père Noël dans laquelle il n’a demandé aucun cadeau pour lui ou par sa famille. L’enfant a seulement souhaité au Père  « De joyeuses fêtes! »

« J’ai cinq ans, je n’ai pas de sœurs, j’ai une centaine de jouets et j’aime mon père et ma mère », de cette sorte résumera Antonio Poroşnicu l’histoire de sa vie pour ceux qui ne le connaissent pas. « J’ai écrit une lettre à Père Noël  et j’ai dessiné beaucoup de boulines rouges, la lettre doit lui parvenir, je l’ai donnée à ma mère afin de la lui envoyer », montre Antonio. À l’opposition d’autres enfants, le petit enfant de la ville d’Iaşi n’a demandé aucun cadeau au Père Noël. Il lui a écrit brièvement et englobant: « Antonio, 5 ans. Joyeux Noel! ».

Le monde partagé en deux catégories: les laids et les beaux

Pour Antonio, ce monde est très simple, partagé dans les « laids » et les « beaux », les personnages dans la compagnie desquels il passe des heures sans qu’autre chose de l’extérieur puisse attirer son attention. Antonio se déclare content des adultes autour de lui. « J’aime tout chez les adultes, je ne veux rien changer », soutient Antonio. Son domaine fort reste la famille des personnages. « Je m’imagine certains personnages, mais pas les autres. J’aime tous les laids: les monstres, les loups garous, l’Homme de Fer, Jacques le Pirate, Halk, King Kong, Tirex, Power Ranger ou le mammouth. J’ai aussi de beaux jouets que j’aime: Spiderman, Batman, l’âne, la Panthère Rose ou Fiona. Je voudrais avoir une montre qui me transforme dans un extraterrestre amusant, de voyager dans le temps ou d’être un loup garou, de monter sur des montagnes et de manger des serpents. J’aimerais encore avoir un éléphant, un chien enragé ou une panthère obéissante », raconte Antonio sereinement. L’enfant a néanmoins des désirs plus réalistes: « J’aimerais passer moins de temps au dessin et recevoir à l’école maternelle des boulines rouges et des boulines de toutes les couleurs, à l’exception des boulines noires. Cette année j’ai reçu peu de boulines noires, j’ai été obéissant », conclue le petit.

Dans ses bras avec Blanche-Neige

Même s’il est seulement à l’école maternelle, dans le groupe intermédiaire, le petit garçon de la ville d’Iaşi a déjà fait une liste avec ses grands amours. À travers les ans, des copains de l’école maternelle ont particulièrement volé son cœur, l’exception étant sa future tante. « La première a été Karina qui est de ma taille, puis Romina, Mihaela de l’oncle et Carla. Je ne me souviens pas des autres. Aujourd’hui je n’aime aucune fille », raconte Antonio en rougissant. Cependant les jouets sont sa plus grande faiblesse, ils retiennent toute son attention. Vu qu’on est dans le mois des cadeaux, le petit garçon a donné à sa mère deux jouets qu’il a minutieusement emballé en alu, des jouets qu’elle lui a achetés quand il était petit. « Je ne m’ennuie pas de mes jouets, je détruis seulement ceux que je n’aime pas. J’ai jeté dehors le prince après que je l’ai dévêtu parce que je ne l’aimais plus », raconte le petit chevalier d’Iaşi. De l’histoire du prince, la mère d’Antonio se souvient amusée. « Cela a été un vrai problème à ce moment-là. Il était jaloux sur le prince, il ne voudrait plus le voir devant ses yeux, il l’a jeté sous le lit. Il dormait chaque soir avec Blanche-Neige dans ses bras, on ne pourrait pas procéder autrement avec lui », précise Gianina Poroşnicu.