DEUX AVOCATS D’IASI LUTTENT POUR UN MILLION D’EUROS. CELUI QUI DOIT PAYER EST L’UN DES ROIS DE L’ASPHALTE

Un dossier en assurances a déterminé deux avocats d’Iasi de se confronter devant les magistrats du Tribunal de Bârlad. Il s’agit de Gianina Poroşnicu et Ionel Nechita (photo gauche). Le dernier a été écrasé lors de l’audience récente. Plus précisément, l’avocate Poroşnicu représente la famille d’une victime résultée après un accident routier passé dans le département de Vaslui, pendant que Nechita, l’administrateur de la société mis responsable pour la production de l’accident. Par conséquent, on a réussi à bloquer la fortune de l’administrateur de la société, les prétentions formulées aux magistrats étant d’un million d’euros.

 

Emil Savin, le roi de l’asphalte et de la ville de Vaslui

Celui qui a la fortune bloquée est Emil Savin, administrateur de la société Transmir SRL, l’entreprise d’asphaltage la plus grande du département de Vaslui. La saisie a été mise sur ses biens meubles, mais aussi sur ceux immeubles. C’est un personnage connu pour plusieurs contrats gagnés avec l’Etat, principalement des travaux d’asphaltage. Il a obtenu aussi des travaux sur le tronçon du chemin départemental DJ Vaslui – Iasi. Seulement pendant l’année passée, la société a enregistré une chiffre d’affaires de plus de 30 millions lei, c’est-a-dire plus de 7 millions euros. Conformément aux données officielles, le profit a été de 900 mille lei, le nombre des employés excédant le 100. Contacté par téléphone, Emil Savin n’a pas répondu afin de commenter la décision des juges. Il faut préciser qu’Emil Savin a été amené avec un mandat devant les juges, car celui-ci n’avait pas répondu aux citations.

 

On est arrivé difficilement au procès

L’accident s’est produit en 2009. Emil Savin a exigé à l’employé Diaconu Vasile Gheorghiță de se déplacer avec une remorque auto chargeuse vers un point de travail. L’outillage n’était pas signalisé de manière appropriée et, dans l’obscurité, Rădăcină Constantin, se trouvant au volant d’une voiture Ford, n’a pas pu éviter la collision. Il est décédé peu après. Pendant l’enquête, en vertu de l’opinion des spécialistes de la Direction Régionale de Routes et des Ponts (DRDP) Iași, l’outillage devait être transporté sur une remorque et il ne devait pas du tout circuler sur une route publique. Même si les preuves étaient assez claires, on n’a pas disposé le renvoi en jugement pour cinq ans. On a eu besoin d’une plainte et d’une inspection judiciaire pour que le dossier soit envoyé l’année passée au Tribunal de Bârlad. «Je considère que c’est un succès dans les conditions où c’est le résultat d’une attente de plus de cinq ans. C’est un acte de justice du juge pour lequel je le félicite», a déclaré la connue avocate Gianina Poroşnicu (photo à gauche).

 

L’auteur de l’accident se trouvait en dehors du programme de travail.

Conformément au réquisitoire, l’auteur de l’accident n’aurait pas obéi aux ordres du patron. «Le 28.10.2009, le nommé Diaconu Vasile Gheorghiță était employé dans la fonction de mécanique d’outillage au cadre de SC Transmir SRL, à durée indéterminée, à temps plein, la durée du temps de travail étant de huit heures par jour, 40 heures par semaine. Conformément à la fiche de poste, il était subordonné au directeur, mais, en tant que conditions spécifiques de travail, il effectuait des travaux pour l’entreprise en points divers de travail de la société ou dans des chantiers temporaires appartenant à l’entreprise. Le même jour, la suspecte Cocu Georgeta était employée dans la fonction de chef du secteur des routes et des ponts, gestionnaire travailleur. Le 18.10.2009, près de 18 heures, l’administrateur Savin Emil a contacté par téléphone la suspecte Cocu Georgeta, à laquelle il a donné la disposition de transmettre au nommé Diaconu Vasile Gheorghită de se déplacer avec une remorque auto chargeuse du point de travail de la localité de Sălcioara dans un autre point de travail de la société, respectivement SC Mira SRL, se trouvant à une distance d’environ 6 km. Elle s’y est conformée et a communiqué à l’employé la disposition reçue. Initialement, Diaconu Vasile Gheorghită a été réticent devant cette demande car son programme de travail s’était achevé, mais, de l’autre côté, dans l’obscurité le déplacement sur DE 581 vers le point de travail indiqué présentait un risque, ayant en vue le gabarit de l’outillage marque FIAT HITACHI W270, ayant le no. d’enregistrement VS-136-Murgeni. (…) Il faut préciser que l’outillage conduit par Diaconu se déplaçait avec la moitié droite sur accotement, et l’autre sur le carrossable. Après avoir parcouru 400 mètres, Diaconu Vasile Gheorghiță a senti un coup en arrière de l’outillage. En réalisant ce qui s’est passé, on a contacté les organes de police et l’ambulance qui sont arrivés peu après au lieu de l’accident, mais le chauffeur de la voiture marque Ford, ayant le no. d’immatriculation VS-03-NYJ, n’a pas pu être sauvé», montre le réquisitoire des procureurs.

 

Savin, impliqué dans un autre dossier

Conformément à la presse de Vaslui, un homme de 42 ans de la commune Blăgești, Vaslui est mort après avoir été heurté par un véhicule tout-terrain. Conformément à la déclaration d’un collègue du berger décédé, Emil Savin, l’administrateur de SC Transmir SRL et son beau-fils, auraient poursuivi les deux en voiture et les auraient battus, parce qu’ils se trouvaient avec les moutons sur un fonds de chasse appartenant à l’homme d’affaires. Le dernier (photo à gauche) soutient qu’il ne se trouvait pas dans le véhicule au moment de la production de l’accident et que son beau-fils a heurté accidentellement le berger avec son véhicule.

Ciprian BOARU