UN LONG DIMANCHE. VINGT ET UN MANDATS D’ARRÊT POUR LE CLAN CORDUNEANU

Les membres de base du group racolaient des personnes qui étaient ultérieurement envoyées à l’étranger pour commettre des infractions comme des vols, de la prostitution, de la mendicité, des brigandages, des fraudes par l’utilisation des moyens de payement électroniques tandis que leur activité infractionnelle étaient attentivement coordonnée et surveillée par des personnes du clan Corduneanu, préparés spécialement pour ce but. Le group infractionnel organisé agissait sur le territoire de la Roumanie, de la République Moldova et également sur le territoire des Etats européens respectivement Italie, Espagne, Irlande, Autriche et Allemagne.

L’activité infractionnelle du group a débuté avec des infractions de violence et peu à peu le group a acquiert une telle notoriété que la simple invocation du nom Corduneanu était suffisante afin de déterminer les parties préjudiciées de se conformer aux requêtes des inculpés ou afin de déterminer les victimes ou les personnes racolées pour commettre des infractions d’agir au bénéfice des inculpés.

Les montants d’argent obtenus après avoir commis les infractions, presque 2 millions d’euros, étaient envoyés en Roumanie à l’inculpé Bogdan Constantin ou aux personnes de confiance.

Les inculpés sont enquêtés pour avoir commis les infractions suivantes: l’initiation, la constitution ou l’adhération à un group infractionnel organisé, le chantage, les fraudes en matière immobilière, les fraudes pour obtenir des crédits bancaires, le trafic de personnes, le trafic de mineurs, le lavage de l’argent et la criminalité informatique.

Les procureurs de la Direction d’Investigation des Infractions de Criminalité Organisée et Terrorisme (DIICOT) – Département Territorial d’Iasi ont décidé de retenir les 21 inculpés pour 24 heures et ils ont proposé à l’instance de jugement l’arrêt préventif de ceux-ci pour une durée de 29 jours.

Sur la page Internet de la Direction d’Investigation des Infractions de Criminalité Organisée et Terrorisme est paru le communiqué de presse qui annonçait les proportions des personnes écoutées et retenues.

« Les procureurs de la Direction d’Investigation des Infractions de Criminalité Organisée et Terrorisme – Département Territorial d’Iasi ont reçu le soutien technique et informationnel du Service Roumain d’Information et de DGIPI, et également des officiers au cadre de BCCO Iasi, Suceava, Bacau et BCCO Bucarest, et aussi avec des employés au cadre de la Gendarmerie Roumaine. Ils ont tous agi pour détruire le group infractionnel organisé connu comme « le clan des membres Corduneanu », on montre au début dans le communiqué de presse délivré par DIICOT.

Hier matin on a amené aux auditions 110 personnes parmi lesquelles Costel et Bogdan Corduneanu. Pas moins de 30 personnes ont été accusées pour les infractions de falsification des cartes de crédit, le chantage avec des appartements et des drogues.

Les équipes de DIICOT Iasi et Bucarest sont entrés et ont perquisitionné les logements de ceux qui ont été écoutés. « Je défendrai Costel et Bogdan Corduneanu, mais s’il y a d’autres membres de la famille, je défendrai eux-aussi; ils n’ont pas été retenus, mais seulement amenés aux auditions. On attend le résultat de la part des procureurs DIICOT », a précisé l’avocat Marius Striblea à midi. Ultérieurement, l’avocat a caractérisé l’action des gens de la loi comme une action « qui a le rôle de gâter l’image des membres Corduneanu ».

« Les effectifs mobilisés pour la réussite de l’action ont été plus de 400 policiers et gendarmes tandis que le trafic aérien était contrôlé par un hélicoptère mis à la disposition par l’Inspectorat General de l’Aviation Roumaine. Le dirigeant du clan est Bogdan Constantin, ancien Corduneanu tandis que la base du group a été formée par les membres de la famille Corduneanu, mais d’autres personnes ont adhéré à ce group tout au long du temps », on montre dans le communiqué DIICOT.

Les enquêteurs considèrent que le préjudice produit par les membres du group qui ont commis les infractions de crime organisé est « de l’ordre des millions d’euros ».

Adrian Corduneanu, qui était lui-aussi en poursuite générale, mais qui avait échappé de la rafle de ce matin, s’est rendu lui-même hier soir tard.

La femme du directeur de CITADIN se trouve parmi les accusés

Plus de 15 avocats sont arrivés pour les auditions. Ceux-ci utilisent de diverses stratégies pour défendre leurs clients. L’avocat Gianina Poroşnicu défend Gabriel Males et d’autres cinq personnes parmi celles qui ont été retenues aux auditions. L’un de ses clients a été laissé de partir à la maison. « C’est le premier client qui part chez lui, c’est un cas heureux. Les autres arriveront à 22h – 23h devant les juges. Pour la plupart d’eux, on fait la proposition d’arrêt préventif”, a expliqué hier soir l’avocat Gianina Poroşnicu.

L’avocat Marius Striblea (qui défend six personnes entre lesquelles Costel et Bogdan Corduneanu): « On a utilisé le brand Corduneanu pour légitimer la plus grande action des autorités après 1990. Il s’agit d’une seule action qui montre bien dans le plan de l’image. Je suis convaincu que derrière cette action il n’y a pas beaucoup de preuves. Il s’agit de 110 personnes amenées aux auditions parmi lesquelles 31 sont pour être retenues ».

L’avocat Ciprian Mitoseriu (qui défend Iulian Bogdan): «  On a amené beaucoup de gens. Je crois qu’il n’y a aucune relation entre eux, mais ils ont été amenés tous en même temps pour induire l’idée d’un clan ».

L’avocat Bogdan Tufeanu (qui défend Stefan Andrioaiei): « Mon client est accusé d’être entré dans un système informatique privé sans avoir l’autorisation, mais sans porter atteinte matérielle à personne”.

L’avocat Toni Baltag (qui défend Daniel Târşu qui s’est évanoui pendant les auditions et a eu besoin de soins médicaux) contredit Ciprian Mitoseriu: « Vu qu’on a amené plusieurs gens en même temps, certainement il y a une relation entre eux ».

L’avocat Bogdan Luca défend deux femmes: Felomela Mihaela Neculau et Elena Calin, accusées d’avoir aidé à émettre de faux documents afin d’obtenir des crédits; Felomela Mihaela Neculau est la femme du directeur de CITADIN, Catalin Neculau.

L’avocat Marcel Munteanu défend Constantin Moloman et Valentin Nechifor.

L’avocat Claudia Ciofu défend Constantin Darie accusé de faux.