SÉQUESTRE SUR LES BIENS D’UN MILLIONAIRE, DANS UN DOSSIER D’HOMICIDE VOLONTAIRE

Les biens meubles de l’homme d’affaires Emil Savin, le patron de l’entreprise qui a asphalté la route départementale Iaşi – Scânteia – Vaslui, ont été mis sous séquestre par l’instance. La mesure vient comme une conséquence d’une sollicitation de l’avocate d’Iasi Gianina Poroşnicu, dans un dossier d’homicide volontaire. De quel homicide s’agit-il?

Une avocate d’Iaşi a obtenu en instance la mise sous séquestre des biens meubles et immeubles de l’un des constructeurs importants de la Moldavie. L’homme d’affaires Emil Savin, le patron de l’entreprise Transmir, qui a réalisé plusieurs travaux de réparations ou asphaltage des routes dans le département d’Iaşi, dont on mentionne la réhabilitation de la route départementale 248 Iaşi – Scânteia – Vaslui, a les comptes indisponibilisés comme la conséquence d’une sollicitation exprimée par l’avocate Gianina Poroşnicu, dans un dossier dans lequel elle représente les héritiers d’un homme décédé dans un accident routier.
Poroşnicu a sollicité à l’instance la mise sous séquestre des biens de Transmir, car celle-ci est une partie civilement responsable dans le procès, au nom de la société étant enregistré un véhicule impliqué dans l’accident mortel.

Dossier traîné depuis plus de cinq ans

«Le séquestre assureur s’est institué sur tous les biens meubles et immeubles. Le dossier a été en enquête pour 5 ans et on a disposé comme une conséquence du contrôle judiciaire la disjonction de l’action civile de celle pénale, la famille de la victime Rădăcină Constantin faisant de nombreuses plaintes devant la CSM», nous a communiqué Gianina Poroşnicu.
Le séquestre a été disposé par le Tribunal de Bârlad, instance au rôle de laquelle on a enregistré un dossier concernant le dédommagement de la personne décédée dans l’accident. Du point de vue pénal, le procès a été finalisé par la première instance, un employé d’Emil Savin étant condamné à un an de prison avec sursis.

En ce qui concerne la tragédie qui a apporté le séquestre au millionnaire Emil Savin, elle date du 28 octobre 2009. A ce moment-là, conformément aux procureurs, Gheorghiţă Vasile Diaconu, employé en tant que mécanique d’outillage à SC Transmir, a été envoyé par ses supérieurs à conduire un outillage agricole jusqu’à une pension détenue toujours par Emil Savin. Les procureurs ont retenu que Diaconu a conduit l’outillage après la fin de son programme, devant lui se déplaçant une voiture conduite par un autre chauffeur de l’entreprise Transmir. Après moins d’un demi kilomètre, une voiture marque Ford conduite par Constantin Rădăcină est entrée dans l’outillage, l’accident étant mortel pour le dernier.

Aucune signalisation

Après une expertise, les procureurs ont conclu que l’outillage appartenant à Transmir n’était pas signalisé de façon appropriée. «L’outillage n’était pas prévu avec des plaques d’identification fluorescentes – réfléchissantes, au fond blanc et cadre rouge, montées dans la partie gauche en face; il n’avait pas de montages fluorescents – réfléchissants appliqués en arrière, le plus près possible des marges latérales, formées des bandes alternatives blanches et rouges, descendantes vers l’extérieur, il n’avait pas de dispositifs spéciaux de signalisation de couleur jaune ou de lumières montées sur les parties latérales», montre le réquisitoire.

De plus, le même document montre que l’outillage respectif ne pouvait circuler sur les routes nationales que transporté sur une remorque. Emil Savin n’a pas pu être contacté hier afin d’exposer son point de vue.

Via Ziarul de Iași