TELEM – ”CU LORI”

telem-cu-lori

 
L’émission « Avec Lori», « Etre ou ne pas être l’avocat du diable »

L’invitée spéciale de cette émission est l’avocat Gianina Porosnicu. Elle considère que pour être un bon avocat il faut beaucoup de sagesse, d’intelligence et d’éducation professionnelle. C’est un système si complexe, la justice est un monde si visible. Il ne faut manipuler personne, il faut beaucoup de responsabilité. Le monde des avocats est souvent le monde des hommes car il y a plus d’hommes que de femmes dans le Barreau d’Iasi. Elle a lutté beaucoup pour y réussir, pour vaincre ce monde des hommes. Elle dit que l’avocat doit gagner la confiance de ses clients chaque jour, il doit leur être loyal. Selon Rembrandt, il faut continuer à lutter toujours car à la fin du chemin on peut rencontrer les vainqueurs. Elle sait très bien qu’elle est surnommée « l’avocat du diable » car elle a eu des cas difficiles comme celui de deux étudiants qui ont tué quelqu’un. Elle n’a pas été émue alors, elle sait très bien quel cas elle accepte. Elle a lu dans les journaux des articles où elle a été critiquée ou louée pour les cas qu’elle avait acceptés. Elle se considère une professioniste et fait son devoir selon les règles juridiques. Elle travaille seulement avec les instruments des clients, elle ne peut pas les obliger à lui dire toute la vérité. La confession est importante tout comme l’approche du client. Il est très difficile de défendre une personne qui a fait du mal à une autre personne. C’est une technique qui doit être élaborée attentivement. Il est important de trouver des arguments favorables qui peuvent convaincre le juge qui doit les évaluer et puis prendre une bonne décision. Malheureusement il y a des erreurs judiciaires a cause desquelles les inculpées peuvent échapper de l’arrêt. Derrière la réussite d’un avocat, il y a beaucoup de travail et une pensée juridique. Pour ce métier, il faut de l’éducation, de la culture et de la sérosité. Les avocats doivent être versatiles et utilisent toute sorte d’instruments et méthodes. Dans son métier, elle a vu des gens différents et elle a entendu des histoires terrifiantes. Elle considère qu’elle a vu assez: des crimes, des viols, des cambriolages et des querelles entre les amis. Elle est nettement convaincue qu’elle ne pourrait pas défendre une personne qui a fait du mal à un enfant.